agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Assemblée générale 2013 de l’association de Défense contre la mer (19/08/13)

Après la tempête de novembre 1967 qui jeta à la mer une douzaine de maisons, la construction d’un ouvrage de protection contre la mer fut décidé et livré en 1972. L’ouvrage, depuis 40 ans, a bien joué son rôle, enrichi par une belle promenade goudronnée.

la digue

Comme chaque année, l’assemblée générale de l’Association Syndicale Autorisée de Défense contre la mer dans les communes de Bréhal et Coudeville s’est réunie le 16 août 2013.

Au delà des aspects formels (approbation des comptes, élection des syndics), cette réunion donne souvent lieu à des échanges vifs sur des sujets récurrents, comme l’éclairage de la promenade.

François LEPETIT, Président de l’Association, a mis le feu aux poudres, lors d’un hommage à Jean Sesboüé en ouverture de l’assemblée, en indiquant que le bureau de l’association souhaitait l’éclairage de la promenade pour « parachever l’œuvre de Jean Sesboué »... Même si les défenseurs de l’éclairage ont précisé qu’il s’agissait plutôt d’un « balisage lumineux », l’unanimité du bureau ne s’est pas retrouvée, loin s’en faut, dans l’Assemblée. Il a donc été convenu que tous les propriétaires seraint interrogés sur ce point en 2014. Ce ne sera au mieux qu’un voeu, l’association n’ayant pour compétence que l’entretien de l’ouvrage lui-même, alors que l’aménagement de la promenade est du ressort des deux collectivités. Interrogés, les maires de Bréhal et de Coudeville sont restés prudents en disant qu’il était urgent d’attendre... La principale rue de Coudeville étant plongée dans le noir à 23 h même l’été, on voit cependant mal le maire de Coudeville s’engager dans l’éclairage de la digue ... A suivre, donc.

Autre serpent de mer de cette réunion, l’enlèvement de la végétation sauvage entre les rochers, décidée il y a quatre ans mais toujours pas mis en œuvre : dernier épisode de ce (trop) long feuilleton, l’entreprise choisie n’a pu effectuer les travaux car les produits phytosanitaires nécessaires ne sont pas autorisées par les communes... Pendant ce temps, les plantes poussent et sont de plus en plus vigoureuses !