agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Fragilisation de la partie nord de l’ouvrage de protection contre la mer

Si l’ouvrage construit en 1970 a bien résisté aux assauts de la mer, la partie nord semble plus fragile et doit faire l’objet d’une vigilance à court terme et peut-être de travaux de consolidation à moyen terme.

L’Association Syndicale Autorisée de Bréhal Coudeville, qui regroupe les 1.200 propriétaires de l’enrochement de 2,1 km protégeant notre station des assauts de la mer, s’est réunie le 16 août 2019.

JPEG - 35.3 ko
La tempête Eleanor (3 janvier 2018) a mis à rude épreuve l’ouvrage de protection...

Comme chaque année, la réunion a donné lieu à des échanges intéressants entre le public, les responsables de l’association et les élus sur la situation de l’ouvrage de protection et plus généralement sur l’évolution du trait de littoral.

La question de la pérennité de l’association se pose toujours. En effet, la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations ("Gemapi") est devenue une compétence obligatoire de la communauté de communes Granville Terre et Mer. Pour faire face à ces nouvelles obligations, les intercommunalités bénéficient de fonds nationaux et européens ainsi que de la possibilité de créer une nouvelle taxe locale (la "taxe Gemapi"). La question est donc de savoir si l’association a vocation à poursuivre son activité ou si elle sera transférée à Granville Terre et Mer (GTM), qui gère les 42 kilomètres de littoral du territoire. Pour l’instant, GTM ne souhaite pas reprendre l’activité de l’association.

Concernant l’ouvrage de protection, construit en 1970 et long de 2.100 mètres, un point de vigilance est identifié sur la partie nord (côté Ecole de Voile). Environ 400 mètres sont fragilisés, notamment à la suite des dernières tempêtes (Eleanor, 3 janvier 2018).

Les options possibles de réparation sont le renforcement de la base, l’ajout de nouvelles roches et la remontée de la hauteur. Si l’ensemble de ces travaux étaient engagés, le budget serait de l’ordre de 900 000 €.

Une surveillance renforcée et des études complémentaires seront entreprises dans les prochains mois.

voir Des questions sur l’avenir de l’ASA Bréhal Coudeville
voir Saint-Martin-de-Bréhal face à la tempête Eleanor
voir 1967, une terrible tempête défigure le front de mer

pour en savoir plus : www.asa-brehal-coudeville.fr

JPEG - 65.3 ko
Une assistance nombreuse a participé à l’Assemblée générale en présence des élus
De gauche à droite : Michel PICOT, Vice-président de GTM en charge de la GEMAPI, Jean-Marie SEVIN, Président de GTM, Jean-Marie ILLAND et François LEPETIT, Secrétaire et Président de l’ASA, Daniel LECUREUIL, maire de Bréhal et Daniel BAZIRE, maire de Coudeville (archive 2018)